COMITE INTER RELIGIEUX

mise à jour du 14 novembre 2018
Page d'accueil Quelques liens
et adresses
Accueil
Secrétariat
Saint Pierre Info... Documentation
et chants
 

 


Cycle de conférences/ débats 2017 : 'Autorité parentale et liberté de l'enfant'   Voir l'affiche >>

Film/débat : 'citoyenté et religion : Y-a t'il un lien et lequel ?'   Voir l'affiche >>
       projection du film 'Noces' puis débat (cinéma Utopia)

CALENDRIER INTER RELIGIEUX 2018             Présentation et commande >>

Le Comité Inter Religieux

La Charte du Comité

Rencontres

Calendrier des Rencontres

Rétrospective des Rencontres

Informations / Renseignements

Origine et sens des fêtes

Avenir des relations interreligieuses

Il n'est pas vain de dialoguer

Communiqué "Attentat Chalrie Hebdo"

 

                

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

 

 


     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Comité Interreligieux de Cergy-Pontoise

       Le Comité Inter-religieux de Cergy Pontoise est un groupe de personnes représentant des communautés musulmane, juive et chrétienne du secteur de Cergy Pontoise. Elles veulent témoigner par leur Foi et leurs actions (stands, conférences, calendrier inter-religieux…)
que vivre ensemble dans le respect et avec leurs différences est possible et même très enrichissant.

 

Haut de page

 


Le comité a rédigé la charte suivante :

        Musulmans, juifs et chrétiens :
                 - nous nous reconnaissons frères et sœurs en humanité devant un seul Dieu,
                 - nous voulons apprendre à mieux :       - nous connaître,
                                                                              - découvrir ce qui :   - nous unit,
                                                                                                               - fait nos différences,
                 - Nous avons pour but de nous soutenir et de nous entraider,
                    notamment dans la lutte contre toute forme d’exclusion.

         Ensemble nous voulons témoigner :
          
 - Que nous partageons des valeurs communes, des soucis communs,
           - Que nous pouvons parler d’une seule voix,                             
           - Que nous pouvons agir d'un seul coeur.                                    

                       

Haut de page

                       


Les Rencontres du Comité Interreligieux

Nous nous retrouvons environ une fois par mois, respectivement dans chacune des communautés (synagogue, mosquée et local d’une communauté chrétienne). Information, réflexion, échange, partage, actions et projets rythment notre vivre ensemble dans le respect de la Foi et la culture de chacun.

Voir Agenda


Renseignements :

                    Accueil de la Paroisse              tel : 01 30 30 15 35
                            ou   Bernard HANCE                         tel : 01 30 30 53 57
                                                                                  e-mail :     b.hance@free.fr  

Haut de page

 

 

 


Rétrospective des rencontres Rencontres des  :

La motivation profonde de nos rencontres est résumée par le thème choisi par le Comité interreligieux de Cergy-Pontoise, mis en place lors de notre assemblée du 9 octobre 2004 à Osny :

«  Vivre ensemble avec nos différences »

et le témoignage que nous voulons apporter au monde des non-croyants comme au monde des croyants est que :

«  c’est possible »

Ce «  vivre ensemble », c’est vivre en paix dans le respect, l’écoute, la solidarité. Dès la rencontre du 9 octobre 2004, le rappel de phrases très fortes du Cardinal ETCHEGARAY donnait le ton :

« … une opinion publique… capable d’alerter, de secouer les pouvoirs installés … une paix des hommes qui ne s’appuie pas sur la paix de Dieu (est une paix fragile) … pour dire adieu à la guerre, il ne suffit pas de dire bonjour à la paix … (elle) ne jaillit pas automatiquement au bout d’une sourate du Coran, d’un verset de la Torah ou de l’Évangile, mais toute religion puise dans ses écrits fondateurs les motivations et les énergies les plus pures en faveur de la paix. … Comment dès lors pouvons-nous être artisans de paix, si nous avons peur d’habiter le futur ? … »

Sans se contenter de ce que disent des personnalités connues, les participants de cette assemblée dessinaient déjà les objectifs du travail qui allait suivre :

     « A nous de trouver des choses concrètes au quotidien pour rassembler les hommes d’abord là où nous vivons… »

     « Est-ce qu’être croyant change quelque chose dans notre rapport à l’autre ? … »

     « On a besoin de voir avec les yeux du cœur… »

     « Les religions ne doivent plus se battre mais s’unir pour le bien de l’humanité. » et « La religion est là pour nous apprendre à respecter l’homme dans sa dignité et à cohabiter avec toutes ses divergences… »

     « On a aussi besoin de se retrouver dans nos communautés pour un partage de la foi qui porte nos actions. » Comme était exprimée également l’obligation de rendre compte de nos travaux à nos communautés respectives.

 Retour

 

Une des conditions que s’est imposée le comité pour témoigner que vivre ensemble avec nos différences est possible, est le refus de tout prosélytisme. A notre rencontre du 5 décembre 2004, a été évoqué le fait que le prosélytisme est une contrainte, donc une forme de violence et que toute mission et tout témoignage peuvent comporter inconsciemment une certaine part de prosélytisme. La violence réside ainsi dans l’atteinte à l’intégrité des personnes auxquelles est destiné le témoignage. Cette réflexion est prise en compte dans la formulation des messages avec cette recommandation exprimée ce 5 décembre 2004 : « Ce qui peut être commun entre nous, c’est… de travailler à l’humanisation de notre collectivité d’hommes … Notre vie collective doit être tournée vers les autres pour que, eux aussi, puissent marcher et avancer sur leur propre chemin… »

Concernant la nécessité du dialogue, cette phrase d’un participant à cette même rencontre la résume parfaitement : « … le dialogue interreligieux aide à vivre ensemble pour agir ensemble au service des hommes. … C’est un décloisonnement… qui ouvre sur un champ d’espérance. Espérance de la paix dont le rayonnement peut aller au-delà de notre imagination. Paix comme fondement de sérénité et de fraternité…, ainsi, au-delà du dialogue, se rencontrer est (déjà) une mission. »

 Début janvier 2005 est envoyé un message de soutien aux imams et rabbins réunis à Bruxelles pour leur 1er congrès mondial pour la paix.

 Retour

 

Notre rencontre du 12 février 2005 apportait cette précision : « … être sur le terrain… pour montrer ce qu’est la fraternité entre les êtres humains. » C’est à cette rencontre que le groupe prend la décision de s’appeler «  Comité Interreligieux de Cergy-Pontoise » à la suite d’un débat sur la nécessité ou pas de se structurer. La décision est reportée à plus tard. De là la notion de représentativité des membres du Comité est évoquée. Chez les chrétiens certains ne sont pas mandatés officiellement par leur communauté. Alors il est dit que, si le Comité se structure, en association par exemple, il sera à ce moment là indispensable que chaque communauté adhérente mandate formellement ses représentants. En attendant, il semble important que le Comité reste «connecté » aux communautés.

Dans cet esprit la dimension communautaire fait son chemin et débouche sur une idée de solidarité dans des cas événementiels comme des actes de profanation ou à caractère raciste. La manifestation de cette solidarité peut se traduire par une délégation qui se rendrait sur les lieux, pour marquer le soutien du Comité aux victimes avec le souci que la presse s’en fasse l’écho.

C’est ainsi que germe l’idée de rencontrer les médias pour leur signaler l’existence de notre mouvement interreligieux.

Cette idée en fait sortir une autre, celle de témoigner au tout public la fraternité qu’on découvre au fur et à mesure de nos rencontres. Ainsi naît progressivement le projet de réaliser un stand mobile avec lequel le Comité pourrait rencontrer croyants, non-croyants, indifférents, etc. en précisant bien la nécessité de demeurer vigilant au fait d’éviter tout prosélytisme et d’être bien conscient que chez beaucoup de gens la dimension du religieux est très relative, voire inexistante.

Pour laisser une trace aux personnes rencontrées, est proposée l’idée d’un document, type « guide », rassemblant ce qui se fait dans les différentes communautés et qui serait à la disposition de qui en voudrait.

 Retour

 

C’est ainsi qu’une grande partie de notre rencontre du 15 mars 2005 est consacrée à une réflexion sur l’élaboration de ce stand. D’abord un calicot de 3 mètres portant l’inscription :

VIVRE ENSEMBLE
Comité Interreligieux de Cergy-Pontoise

fixé au fronton du stand, donne le message.  
Ensuite un panneau présentant 4 textes courts dont un commun et, en satellites, trois autres brefs, particuliers à chaque communauté. Au centre du panneau le texte commun dit ceci :

 « Un groupe de personnes représentant les communautés musulmane, juive et chrétienne :
        - qui se reconnaissent frères et sœurs en humanité devant un seul Dieu,
        - qui veulent apprendre à mieux :
             * se connaître,
             * découvrir et comprendre ce qui :
                - les unit,
                - fait leur différence  
                - qui ont pour but de s’entraider, notamment dans la lutte contre toute forme d’exclusion.

        - Ensemble ils veulent témoigner 
:  
               - qu’ils partagent des valeurs communes, des soucis communs,
               - qu’ils peuvent parler d’une seule voix,
               - qu’ils peuvent agir d’un seul cœur.
 »  

Des gâteaux et des boissons typiques des sociétés, représentées par chacune des trois religions, assureront la convivialité nécessaire dans tout rapport humain.  Un représentant de chaque communauté sera présent en permanence pendant la manifestation où le stand aura pu s’installer.  C’est lors de cette rencontre du 15 mars que chacun évoque les fêtes religieuses de sa religion
( Consulter >> en annexe un tableau de concordance de ces fêtes et leurs significations).    

 

Retour

 

Les rencontres du 12 avril et du 17 mai 2005 sont consacrées à apporter des précisions sur la réalisation du stand, la rédaction et le contenu des textes et à évoquer la médiatisation, les contacts avec les autorités de façon à faire sortir de notre « cercle » ce qui s’y dit et ce qui s’y vit, à témoigner de notre fraternité, sens du « vivre ensemble ».

Ainsi est lancée l’idée d’une grande conférence interreligieuse pour 2006 qui serait une grande première dans ce domaine dans le Val d’Oise.

Le Comité s’est posé de nombreuses questions sur le contenu des textes à présenter sur le stand concernant notamment l’opportunité ou pas de faire référence à Dieu. L’exercice est difficile, si on veut éviter toute forme de prosélytisme. Il ne faut pas que cette référence explicite soit un écran qui atténue, voire empêche des contacts. Il faut respecter le cheminement des non-croyants. L’objectif de la mission qu’on se fixe, n’est pas de « faire » des croyants, mais de témoigner que « vivre ensemble avec nos différences est possible ». Nous, croyants, laissons à Dieu le soin d’éclairer les esprits pour le reste. Si on peut entendre à la suite des contacts, des réactions du type « voyez comme ils s’aiment ! », nous pourrons nous dire que l’objectif a été dépassé.

 Retour

 

 

Lors de sa réunion plénière du 22 juin 2005, le Comité présente une rétrospective de ses échanges et réalisations et ses projets.

C’est ainsi que le contenu des panneaux, satellites du panneau commun présenté ci-dessus, est porté à la connaissance de tous. Chaque Communauté a extrait de ses textes sacrés un court passage pour illustrer l’esprit qu’elle donne aux rencontres à partir du texte commun.

       * pour la Communauté musulmane, verset 13 de la sourate 49 :

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous reconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur ».

       * pour la Communauté juive :

« Rabbi LOSEE disait “que les intérêts de ton prochain te soient aussi chers que les tiens. Applique-toi à étudier la Loi, car on n’ en acquiert pas la connaissance par héritage. Que le but de toutes tes actions soit de plaire à Dieu” ».

       * pour la Communauté chrétienne :

« Jésus dit “aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés”. – (Jean 13 verset 24)
Peu m’importe qui tu es, d’où tu viens ou ce que tu crois : je t’aime ».

 

Dans cette même réunion quelques interventions fortes comme celles de l’Imam Salah ZAHMOUL : « C’est une joie extraordinaire cette fraternité que notre groupe a fait naître. C’est le dialogue qui rend les uns accessibles aux autres… La religion est pour la paix, pour la fraternité et pour l’union. Elle a toujours été un cadeau pour qui se met au service de l’être humain… La rencontre aujourd’hui de nos trois traditions religieuses montre que nous pouvons vivre ensemble avec nos différences

La religion doit accompagner les êtres humains dans leur époque. Elle n’est pas là pour faire obstacle à l’évolution de la civilisation, de la recherche et de la science. Elle est là pour aider l’être humain à reconnaître le frère qui est en face de lui, à le respecter, à l’aider, à l’aimer, à partager ses valeurs et ses richesses culturelles ».

En juillet le Comité envoie à l’Ambassadeur d’Angleterre en France un message de soutien aux victimes des attentats de Londres du 7 juillet 2005.

Dans nos échanges est évoquée l’actualité interreligieuse internationale comme la réunion interreligieuse internationale annuelle au Qatar, le Congrès international annuel des imams et rabbins pour la paix, les actions de la Communauté Sant’Egidio ou la Conférence Mondiale des religions pour la paix etc.

Le 2 octobre 2005 le Comité, pour la 1 ère fois à l’extérieur, installe son stand et les panneaux à l’occasion d’une manifestation paroissiale de rentrée à l’église Ozanam de Cergy le Haut. Le stand voit de nombreux visiteurs dont beaucoup s’intéressent au Comité, à ce qu’il vit, à ce qu’il fait.

L’idée de rencontres et/ou de conférences fait son chemin et ainsi le Comité décide d’organiser 3 ou 4 conférences en 2006 : une pour un large public et 2 ou 3 pour un public plus restreint. Un groupe de cinq personnes est constitué pour étudier ce projet. Il propose les thèmes suivants :

pour un large public :

      « Vivre sa foi dans le respect de l’autre » salle de l’Horloge Cergy

pour un public plus restreint :

     « jeunesse et cultuel » à la mosquée de Pontoise
     « la famille » à la synagogue de St Ouen l’Aumône
     « le bonheur » à la salle paroissiale d’Osny

Dans la perspective de signaler officiellement notre existence, une lettre est envoyée au Préfet, accompagnée d’une rétrospective de ce que le Comité vit, fait et projette de faire. Cette démarche coïncide d’ailleurs avec son initiative qui, le 6 septembre 2004, réunissait à la préfecture tous les responsables des religions présentes dans le Val d’Oise dans ce qui s’appelle Comité Départemental Interreligieux.

 Retour

 

Dans sa réunion du 8 novembre 2005, le Comité s’interroge sur quelle position tenir, quelle action mener à propos des actes de violence et des émeutes, ce qui fait dire à l’un de nous : « A quoi peut conduire un dialogue, quand d’abord la dignité exige un travail et ensuite la nourriture des ressources ? » Un long débat anime les échanges. En conclusion chaque Communauté prend l’initiative qui lui semble la meilleure, le groupe ne voit pas sous quelle forme et comment il interviendrait.
A cette même réunion le Comité évoque un projet de calendrier interreligieux pour 2007 avec pour objectif de susciter le partenariat de la Communauté d’agglomération de Cergy Pontoise.

 Retour

 

A sa réunion du 21 février 2006, le Comité revient sur les événements de novembre 2005 et sur le scandale des caricatures. Ces échanges sont l’occasion pour le Comité de remettre en question son fonctionnement et de repréciser ses objectifs, ce qui apporte des éléments nouveaux à la connaissance réciproque de nos communautés. La conclusion de tout cela est le constat qu’il y a nécessité de prendre plus de temps pour la réflexion.

Le dimanche 26 février, 1 ère conférence-débat à la mosquée de Pontoise sur le thème Jeunesse et cultuel. Une soixantaine de personnes participent.

 Retour

A sa réunion du 4 avril 2006, une journaliste est accueillie par le Comité. Elle prépare un papier sur le sujet interreligieux en Val d’Oise.
Le Comité envisage depuis déjà un certain temps de reprendre à son compte le projet d’exposition Al Andalus. Conçue pour un public scolaire et d’étudiants, cette exposition raconte ce qui s’est vécu en Andalousie au Moyen-Age, sous l’influence arabe, dans les domaines culturel, littéraire, architectural, médical, des sciences, des arts etc. D’une durée de deux à trois semaines, cette exposition a pour but de faire découvrir cela en priorité aux publics précités et de créer des manifestations autour, comme des conférences, des concerts, des films etc. en collaboration avec les organismes des quartiers notamment. Pour réaliser un tel projet, deux commissions sont prévues : une pour le contenu et une pour l’organisation et la logistique.
A cette même réunion des précisions sont apportées sur le Comité Départemental Interreligieux qui est un organe de réflexion sur différents sujets comme par exemple la violence, le racisme etc. et qui apporte au Préfet des éléments d’appréciation et de travail sur ces domaines en collaboration avec ces autorités religieuses.
Le Comité, par un de ses membres, bénéficie d’un don d’une dizaine de grandes affiches qui présentent l’histoire des religions monothéistes de 1900 av. J.-C. à 1962 après J.-C.. De conception très pédagogique, elles équiperont le stand.

Une des heureuses conséquences de nos rencontres : le dimanche 26 mars, à la fin de la messe à Osny, l’Imam de la mosquée de Pontoise, Salah ZAHMOUL, est accueilli par le Père Michel CANTIN, prêtre de la paroisse, à l’entrée de l’église et les deux, main dans la main, remontent l’allée centrale. Arrivés devant l’autel, le Père CANTIN présente l’Imam à l’assemblée qui, elle, vient de participer à une célébration qui avait pour thème l’interreligieux. Il excuse le représentant de la Communauté juive de St Ouen l’Aumône en lisant son message : « Les réunions interreligieuses que nous menons ensemble dans les trois religions relevant d’un même Dieu, ont pour but d’accroître la connaissance et le respect de l’autre. Nous y apprenons à nous découvrir et apprécier les similitudes qui nous unissent et surtout à nous enrichir de nos différences. De ces rencontres régulières se développent l’amitié et le respect mutuel, outil de Paix. Puisse Dieu nous permettre de toujours progresser dans cette voie.
Amitiés sincères, cordiales salutations, Chalom, Salam, Paix ». – Mosès LASRY.
Puis, dans un silence extraordinairement recueilli, l’Imam psalmodie en arabe quelques versets de la sourate XIX, dédiée à Marie, dont il donne après la traduction. Spontanément des applaudissements nourris emplissent l’édifice. Les personnes présentes sont marquées par la puissance et la ferveur de cette rencontre, symbole très émouvant de tolérance, de respect et de paix. C’est un signe vivant du vivre ensemble avec nos différences.

Ce même jour, dans l’après-midi, une soixantaine de personnes participent à la 2e conférence-débat à la synagogue de St Ouen l’Aumône sur le thème de la famille.

A sa réunion du 4 avril 2006, le Comité prend aussi connaissance du contenu du 2e Congrès mondial des imams et rabbins contre l’ignorance, la haine et la peur et du colloque de la Fraternité d’Abraham qui portait sur la lecture et les interprétations des Ecritures des religions abrahamiques.

Le 7 avril 2006, trois membres du Comité rencontrent le Président de la Communauté d’agglomération de Cergy Pontoise, M. Dominique LEFEBVRE, au sujet de la conférence pour un large public Vivre sa foi dans le respect de l’autre et surtout pour présenter le projet de calendrier interreligieux dont l’illustration concerne la Communauté de communes. Le projet d’exposition Al Andalus est aussi évoqué.

Le dimanche 23 avril 2006 la 3e conférence sur le thème du Bonheur se tient à la salle paroissiale d’Osny. Même affluence qu’aux conférences précédentes.

Le dimanche 28 mai 2006 conférence-débat à Cergy, salle de l’Observatoire, sur le thème Vivre sa foi dans le respect de l’autre, présentée par Mosès LASRY, Président du Consistoire de la synagogue de St Ouen l’Aumône, membre du Comité et animée par Rémi HEBDING, ancien rédacteur en Chef du journal Réforme. Des intervenants de qualité :
    - Madeleine COHEN, Vice Présidente de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France
    - Ghaleb BENCHEIKH, théologien musulman, Vice-Président de la section française de la Conférence Mondiale des religions pour la paix. Il est responsable des émissions consacrées à l’islam le dimanche matin sur France 2.
    - François BOUSQUET, professeur à l’Institut Catholique
    - Jean-Pierre STERNBERGER, pasteur bibliste

 
Monsieur Dominique LEFEBVRE, maire de Cergy et Président de la Communauté d’agglomération, clôt les interventions en se disant très intéressé par ce qui se fait sur le plan interreligieux et par le projet de calendrier.

Un public très hétérogène de 150 personnes environ, très attentif et intéressé si l’on en juge par le silence absolu lors des interventions. Beaucoup de réactions positives mais aussi de gens frustrés de n’avoir pas pu poser leurs questions. Beaucoup de demandes pour rejoindre le Comité.

Un compte rendu de toutes les conférences sera fait et disponible dans quelque temps.

 

Le 11 juin 2006, le Comité installe son stand devant l’église Ste Claire de Vauréal. Quelques personnes intéressées ont donné leur adresse après avoir posé beaucoup de questions.

 Retour

 

A notre réunion du 14 juin 2006, le Comité décide de présenter un dossier d’inscription au Forum de la Nouveauté qui clôturera l’année jubilaire (40 ans) du diocèse de Pontoise. Ce Forum aura lieu le dimanche 26 novembre 2006 au Hall St Martin à Pontoise.

 

      La réunion du 19 septembre 2006 est un peu particulière car elle suit de quelques jours la déclaration du Pape à l’université de Ratisbonne. Cet événement est l’occasion de riches échanges.
L’information est donnée au Comité de l’acceptation de son inscription au Forum de la Nouveauté. Son dossier a donc été retenu. Le thème de cette manifestation est construisons l’avenir, il est don de Dieu. Le Comité interreligieux de Cergy Pontoise aura ainsi un stand parmi les 50 prévus.

        Du 10 au 15 novembre 2006 le Comité réalise une maquette format A5 du calendrier interreligieux pour la présenter au représentant de M. Dominique LEFEBVRE que la commission ad hoc du Comité rencontre le 16 novembre à ce sujet. Ce calendrier, par sa conception, est aussi un document interculturel et un outil de lien social.

Le 12 novembre 2006 le Comité participe à une rencontre à Pontoise sur le thème éthique religieuse face au don d’organes. Une trentaine de personnes participent aux échanges d’une grande richesse grâce en partie aux interventions d’un médecin et d’une infirmière, toutes deux musulmanes.

Cette rétrospective, tirée des différents comptes rendus, s’arrête momentanément ce 22 novembre 2006.

 

          Bernard HANCE

Retour

Haut de page                                                                                    


 

 

   


Retour >>

CALENDRIER 2018

Pour l’année 2018 le calendrier des principales fêtes juives, chrétiennes et musulmanes est sous les 2 versions habituelles : A5 (16 pages) et poster (60 cm x 80 cm).
Il est disponible à la sortie de certaines messes dominicales pour la somme de 2€,
ainsi qu'au près du Comité Inter-religieux
( contacter Bernard Hance au tel : 06 46 84 53 02 / e-mail : b.hance@free.fr
en indiquant le nombre et le format : A5 (la moitié d'une feuille normale) et/ou poster (60cm x 80cm)

PRESENTATION DU CALENDRIER

  Ce calendrier est l'initiative du Comité Interreligieux de Cergy Pontoise. La finalité du Comité est de promouvoir le VIVRE ENSEMBLE AVEC ET DANS LE RESPECT DE NOS DIFFERENCES par diverses actions (conférences débat - stand interreligieux présent dans différentes manifestations - diffusion des réflexions du groupe, solidarité...)


Le Comité rappelle que ce n’est pas un calendrier comme les autres puisqu’il concerne les 3 religions monothéistes. Il ne peut donc faire double ou triple emploi avec d’autres.
Il veut transmettre un message FORT :
vivre ensemble avec et dans le respect des différences, C’EST POSSIBLE, non pas les uns à côté des autres mais les uns AVEC les autres, condition nécessaire à la construction d’une paix durable.


Réunissant des communautés chrétiennes, musulmanes et juives de la Communauté d'Agglomération, le Comité pense qu'un calendrier interreligieux, au-delà de la religion, est un document interculturel qui :

   - accompagne la vie de chaque jour,
   - régulièrement consulté, éveille l'intérêt pour les religions et leur histoire,
   - favorise ainsi le lien social entre les différentes manières de donner sens à l'existence,
   - réalise, de ce fait, un moyen de connaissance d'autrui, de compréhension et de respect de ses convictions,
   - permet d'ouvrir et de conforter, dans l'Agglomération, le chemin de la convivialité et de l'amitié entre
     citoyens,
   - participe donc à la prévention du rejet et du racisme.

    De conception attractive, aux couleurs locales, ce document, couramment utilisé chez soi, ne peut-être qu'un élément positif de plus , participant au fonctionnement de notre collectivité.

Bonne  Année  ENSEMBLE

Origine et sens des fêtes      Plus d'infos ici >>

Retour >>

 

 

 

 

 

 

Un musulman écrit : Il n'est pas vain de dialoguer Ceci devrait calmer nos peurs.
Le dialogue et notamment le dialogue avec les croyants d'autres religions, est une véritable source d'ESPÉRANCE.(exhortation de notre évêque)

 

Il n'est pas vain de dialoguer

II y a vingt ans avec des compagnons de route, nous avons fondé le Groupe d'Amitié Islamo-Chrétien, GAIC, pour contribuer au vivre ensemble. Les sages n'excluent personne, ne s'estiment pas supérieurs, ne méprisent jamais l'autre. Ils appliquent « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'on te fasse » et savent que la foi va avec les oeuvres : «Vous n'atteindrez la piété qu'en faisant don des biens que vous aimez le plus » (Coran). Être obligé de défendre le dialogue, l'amitié et le pluralisme est symptomatique de l'état critique du monde. Il est temps de donner la parole aux médiateurs plutôt qu'aux pyromanes. L'humanité paraît spirituellement pauvre, marquée par la détresse. Malgré des efforts d'éducation à l'interculturel et à l'interreligieux par nombre d'acteurs comme l' UNESCO et des associations, pour établir des mesures de confiance ; les haines s'amplifient. Le sentiment antimusulman se banalise. En Orient, des chrétiens et des musulmans souffrent, compte tenu des bouleversements politiques. L'opinion soumise aux manipulations voit en l'autre une source de menace. Il nous faut témoigner, faire notre examen de conscience. Le combat est intérieur, pour faire reculer la méfiance.

Le pluralisme

Le Coran dialogue, critique, polémique, s'adresse aux autres religions, prévient les idolâtres, les négateurs et les auteurs de comportements répréhensibles, mais n'exclut pas.

Il avertit. Il rappelle et dépasse, sans annuler, les révélations antérieures. Il exige le respect du mystère. Il se présente comme la religion du vrai, cependant il n'est pas exclusiviste. Il reconnaît la part de vérité chez autrui et rend possible le salut aux non musulmans qui croient en «Dieu» et pratiquent le bien. Cette dimension ouverte a fait dire à Ibn Arabi : « Mon coeur est apte à recevoir tous les êtres » et à l'Émir Abdelkader « Si les chrétiens et les musulmans m'écoutaient je ferais d'eux des frères ». L'histoire du monde musulman montre que le respect du pluralisme était une réalité, malgré des écarts entre théorie et pratique. Il fut une terre de refuge en particulier pour les juifs persécutés, mais aussi pour les chrétiens qui ont préservé les églises d'Orient. La symbiose a fait éclore une civilisation islamojudéo-chrétienne, gréco-arabe, berbère-africaine, irano-turco-indienne. Dans une époque désorientée, passant d'une posture areligieuse, à celle antireligieuse d'une partie du monde moderne ; les luttes entre religion sont absurdes, contraires à nos références. Les défis sont communs. Le devenir des uns dépend en partie de celui des autres.

Mise à l'épreuve

Ce qui est inadmissible est la diabolisation. Nous ne disons pas que l'inquisition est dans l'Évangile, ou que le sionisme extrémiste est dans la Thora, ne dites pas que l'extrémisme est dans le Coran. Il faut en finir avec l'amalgame. L'extrémisme n'a pas de visage, ni de religion, ni de nationalité. Dénoncer ceux qui discriminent au nom de l'islam, du christianisme, du judaïsme, ou de la laïcité est un devoir.
Des chrétiens en Orient et des musulmans en Europe sont soumis à de graves épreuves. Les causes sont politiques, que rien ne peut justifier.
La majorité des croyants éprise de liberté, de paix et de justice, souffre d'assister à des dérives commises en son nom. Dans le monde, le nombre de victimes musulmanes de la violence est supérieur de mille fois à celui des non-musulmans. Cela ne nous empêche pas d'être solidaires des chrétiens d'Orient qui sont une partie inséparable de l'identité culturelle des musulmans. Ce n'est pas parce que l'islamophobie enfle en Europe que nous allons être sélectifs en solidarité. Les chrétiens d'Orient et les musulmans d'Europe ne sont pas comptables des errements de ceux qui dévoient leur religion ou culture.
Nous nous opposons aux délires d'où qu'ils viennent. Il est inadmissible que l'on puisse s'en prendre à des citoyens en raison de leurs convictions. Il y a 150 ans l'Émir Abdelkader au nom de l'humanisme musulman sauvait des milliers de chrétiens à Damas face à la folie sectaire. Notre dénonciation de l'intégrisme qui usurpe le nom de la religion ou de la sécularité est radicale. Le pape François, proche des pauvres, la prise de conscience autour de la Méditerranée et la relation islamo-chrétienne, permettent d'espérer. En ces temps d'incertitudes, il n'est pas vain de dialoguer.

MC, ancien premier coprésident et cofondateur du GAIC,
lauréat 2013 du prix de l'UNESCO pour le dialogue interculturel.
Auteur de «Rencontre avec le pape» édit Albouraq, Paris 2013.

Vous trouverez l'intégralité de cet article sur le site du GAÏC : http://www.legaic.org

Mustapha Cherif

Haut de page

>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUÉ DU COMITE INTERRELIGIEUX
CONCERNANT L'ATTENTAT DE CHARLIE HEBDO ET LA SUITE

Les membres du Comité Interreligieux, juifs, chrétiens et musulmans, veulent dénoncer, au nom de leur fraternité en humanité, les crimes inqualifiables dont le journal Charlie Hebdo vient d'être victime ainsi que la mort des 4 otages de l'épicerie casher à la Porte de Vincennes.

Ils insistent sur le fait que tout Homme représente un chef d’œuvre du Créateur, y compris les assassins. Pour nous un événement aussi dramatique nous oblige à nous poser des questions sur nous-mêmes dans notre vie en Société :
                           - Que n'avons-nous pas fait ?
                           - Que devrions-nous faire pour éviter un recommencement ?

Vivre ensemble avec et dans le respect des différences demande que nous prenions conscience de l'importance de conjuguer nos énergies au-delà de ces différences pour participer à la construction d'une Paix véritable et durable.
Le calendrier interreligieux, les différentes rencontres entre croyants de différentes religions sont autant d'occasions de faire connaissance et d'établir des liens qui sont facteurs de cohésion sociale et donc de paix.

 

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cycle 2017 de conférence débat

Haut de page

 

Film / débat : Citoyenneté et religion

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

Un document intéressant qui construit l'avenir des relations interreligieuses en France.

Vivre ensemble avec et dans le respect de nos différences.

               Lire >>

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Chez nos amis musulmans bientôt le Ramadan (année 2011) ( rappel >>)

Le Ramadan commence en principe le 1er Août et se termine le 31 Août, par la fête de l'Aïd El Fitr.

Comme chaque année maintenant, nous distribuons des cartes de vœux à l'occasion de cette fête.
Nous pouvons marquer notre amitié par le biais de ces cartes de 2 manières différentes :
        *  soit les remettre aux personnes musulmanes que nous connaissons, (voisinage, travail ...)
        * soit les faire parvenir à la mosquée de notre secteur et/ou tout autre mosquée que l'on connait
                pour transmission de nos voeux aux membres de ces communautés.
                    ( Pour nous à Osny, deux mosquées sur Pontoise :
                           1 - Monsieur le Président de l'association Avicenne
                                              1 Av. du Mal De Lattre de Tassigny 95300 Pontoise
                           2 - Monsieur le Président de l'Association Culturelle Franco-Turque de Cergy-Pontoise,
                                               10 rue Ampère 95300 Pontoise
)

Quand remettre les cartes?
ATTENTION :
        Le futur appartenant à Dieu, la fête musulmane ne se souhaite jamais avant sa date.
        A partir de l'Aïd, on dispose de trois jours pour offrir les vœux.

       Elles sont donc à remettre au plus tôt le mardi 30 août ou à poster avant 13h00 le lundi 29 août.               

       Ces cartes seront disponibles à l'église et sur le présentoir de la salle paroissiale.
L'information est donnée maintenant parce que la période des vacances démarre en juin et se prolonge en juillet et en août.

 


Rappel de ce que signifie le RAMADAN pour les musulmans :
nom du 9e mois de l'année lunaire, 4e pilier sur 5 de l'islam.
Ce jeûne d'un mois commémore pour eux la révélation du Coran au prophète de l'islam Muhammad.
C'est une période dédiée aux bonnes actions (prières, visites des malades, aumônes aux pauvres...)

Retour >>

Haut de page >>